Ma Photo

« Un jour, un texte : Alexis Gloaguen | À l'heure de l'été | Accueil | Blandine Scelles | Je suis une forêt souterraine »

24 juin 2014

Commentaires

Hélène Cadou est partie avec l'été. Été qu'elle célébrait ainsi, en 1981, dans son recueil "Une ville pour le vent qui passe", publié par Rougerie, son éditeur préféré. Elle aura rejoint, je l'espère, celui qu'elle appelait "Le prince des lisières":

Dans l'été
L'éternel

Juste
À l'instant prévu.

Heureuse je suis de la savoir délivrée d'une fin de vie passée dans un épais brouillard, elle si lumineuse et amicale.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.