Ma Photo

« Actu-poème : en regard de l'exposition Degas et le nu | Accueil | Yannis Ritsos, l’âme irréductible de la Grèce »

09 mai 2012

Commentaires

Le cerf-volant de l'imaginaire se lève presque toujours au dessus des espaces de solitude et d'ennui, ces bienheureux terrains de jeu de l'enfance.À vous lire, le mien rejoint avec délices celui de Pierre Dhainaut, pour une danse bienheureuse. Merci à vous, Isabelle, de me l'avoir fait connaître à travers cet article sur La Pierre et le sel. Roselyne Fritel

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)